Follow by Email

mardi 11 octobre 2011

comme dans une machine à laver...

C'est à peu près la sensation après ce premier week-end de dédicaces. Je voulais remercier ici tous ceux que j'ai pu croiser à La Rochelle, à Nantes et au Mans. J'ai été surpris et ému par vos témoignages, et notamment ceux qui m'ont raconté l'histoire de leur père, de leur grand-père, de leur oncle, qui comme Roger ont vécu enfermé dans des stalags durant Plus de 4 années. J'ai une pensée pour ceux qui ont quitté la table de dédicace les larmes aux yeux. 
La rencontre festive aux Flesselles à Nantes, avec ma famille et mes proches, restera longtemps gravée en moi.
Merci de tout coeur à tous les amis qui supportent et relayent la sortie du livre, ici et ailleurs.
Merci aux libraires qui ont bien préparé ces rendez-vous : la belle vitrine de Brigitte à La Rochelle, la gentillesse et la disponibilité de Georges le nantais malgré la foule, l'accueil d'un Samuel monté sur des ressorts manceaux.
Je recharge les batteries et on remet ça samedi et dimanche prochains à Blois.





2 commentaires:

Solène a dit…

J'aurai vraiment aimé venir pour les dédicaces, à La Rochelle ou à Blois. Heureusement, je ne suis pas la seule dans la famille à avoir voulu ton livre ! :-)

Bon courage pour la vie de ton livre !

Anne T. a dit…

Comme Solène. Heureusement, nous avons une mère bienveillante qui est venue pour nous. J'ai hâte de rentrer à Angoulins pour découvrir enfin cette BD. Je l'ai feuilletée à la Fnac de Rennes, mais juste rapidement pour ne pas gâcher le plaisir de la lire tranquillement.
Vendredi, je suis à Blois pour les RDV de l'Histoire, malheureusement je ne peux pas y rester jusqu'à dimanche. Mais j'y vais avec un ami prof d'Histoire et je vais essayer de trouver la BD sur un stand pour lui montrer et lui suggérer de venir dimanche à la conférence.
Pour moi, cette BD, c'est un peu comme l'histoire de notre propre famille, mise en image. Quand les grands-parents en parlaient à table, j'imaginais ça un peu comme tu l'as représenté. Du coup, pour moi, la Seconde Guerre mondiale, ce n'est pas vraiment de l'histoire ni une corvée à enseigner. Avec la BD, ça sera d'autant plus agréable comme support.